Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

Le retour sur prévention, comment le définir et comment le calculer ?

Depuis plusieurs années maintenant, l’Assurance maladie publie chaque année, un baromètre des AT/MP en France. Nous n’allons pas le détailler, car il peut être consulté très simplement sur leur site, mais il en ressort de façon générale, une baisse des accidents ou du moins, des accidents qui n’ont pas lieu dans les mêmes secteurs d’activité. Mais même si le nombre diminue, paradoxalement, le coût augmente de façon significative, notamment, car la gravité de ces accidents augmente en même temps.

En cas d’accident ou de problématique de santé, l’employeur devra faire face à différents types de coûts :

  • Les coûts directs : cotisations à l’assurance maladie proportionnelles au nombre de sinistres reconnu par an, indemnités salariales, adaptation du travail et du poste, soins médicaux
  • Les coûts indirects : taux d’absentéisme, remplacement du ou des salariés absents, perte de productivité, baisse de la qualité de production, augmentation des délais de livraison
  • Les coûts intangibles : augmentation des tensions en internes et risques de conflits, épuisement des salariés, perte du ou des clients, saturation du management

Notre objectif ici est de vous aider à comprendre, l’aspect financier qu’engendre la mise en place d’une stratégie de prévention en amont, pour éviter l’apparition d’AT et donc la préservation de la santé financièrement de votre entreprise.

# Le retour sur investissement

Toute personne ayant déjà réalisé un investissement connaît le terme de ROI de l’anglais « Return on Investment »
Plusieurs autres noms lui sont souvent donnés comme RSI ou rentabilité du capital investi, mais son utilité reste la même : il désigne le ratio entre le montant d’argent gagné ou perdu et le montant du capital investi. Son résultat, positif ou négatif permet de mesurer le résultat d’une opération.

# Analogie avec la prévention des risques

De nombreuses études de cas ou statistiques s’amènent à le dire : la prévention, c’est rentable !

Certes, mais même si tout le monde s’accorde et sait qu’un investissement en prévention des risques n’est jamais anodin, tout investissement est mesurable. Aucun exception faîte de la prévention des risques.

Sauf qu’il peut être plus difficile de mesurer le résultat d’une opération en prévention des risques, notamment, car les résultats ne sont pas perceptibles de la même façon. En effet, prenons l’exemple de l’achat d’une machine, les effets de l’augmentation de la productivité arrivant assez rapidement dès sa mise en marche. Or la mise en place d’une campagne de formation en prévention, les effets ne sont pas immédiats. Ce qui en rend le calcul de sa rentabilité plus difficile.

Pourtant, les bénéfices sont nombreux :

  • amélioration de la productivité ;
  • amélioration de la qualité des produits / services ;
  • amélioration du bien-être et du climat social ;
  • baise des cotisations AT/MP ;
  • amélioration de l’image de l’entreprise ;

Comme pour le retour sur investissement, l’indicateur clé de performance est le « ROP » pour « Return on Prevention », littéralement retour sur la prévention. La méthode de calcul est, à quelque peu de chose prêt, la même, seul changement, l’on va chercher à mesurer le coût avant et le coût après pour l’obtenir

# Les effets d’un investissement en prévention des risques

Une étude menée par l’AISS (Association internationale de la sécurité sociale), avait pour objectif de calculer le ratio coût bénéfice de l’investissement dans la sécurité et la santé en entreprise.
Ce ne sont pas moins de 300 entreprises dans 15 pays qui ont été sollicités.

Il en ressort notamment que les principaux effets indirects de la sécurité et de la santé au travail dans leurs entreprises sont liés à l’amélioration de l’image, le renforcement de la culture d’entreprise et les changements sur le climat social entre collaborateurs.

De façon tout à fait logique et en phase, ces mêmes répondant ont estimé que s’ils augmentaient leurs investissements sur la SST, cela affectait inévitablement une diminution de leurs coûts sur le long terme (coûts d’exploitation).

Cela confirme, une grande tendance de fond : l’enjeu principal des investissements en prévention, or la réduction des risques reste axée sur l’amélioration des conditions de travail de leurs collaborateurs. Investir sur le capital Humain est et restera un investissement rentable pour les entreprises !

# Le ROP pour 1 € investi en prévention des risques

Pour arriver à estimer ce fameux ROP, il faut déterminer dans un premier temps le bénéfice monétaire global, qui doit être corrélé au coût total des actions de prévention et des avantages qu’elles procurent.

Sur les résultats de cette étude, il ressort qu’un investissement d’1 euro en prévention des risques permet un retour potentiel de 2,20 €. Cette estimation fonctionne pour l’euro, mais c’est exactement la même estimation pour le dollar ou pour toute autre devise

Cependant, de très grosses disparités apparaissent en fonction des postes de dépenses.

Par exemple, les dépenses de prévention liées aux Équipements de protections individuelles (E.P.I) donnent un ROP à 3,36 (autrement dit 1 euro investi dans les E.P.I permettent un retour potentiel de 3,36 euros)

Le retour sur prévention le plus important étant constaté dans la formation avec un rapport de plus de 7 et le plus faible concerne les coûts organisationnels, donc à savoir tous les processus liés au personnel, avec une faible moyenne de 1,1.

➡️ Consulter les résultats complets de l’enquête de l’AISS

# Une étude actualisée menée par l’OPPBTP

Ce genre d’étude étant complexe à mettre en place, elles ne sont pas très nombreuses, ce qui fait que les résultats sont d’autant plus intéressant.

Mais l’OPPBTP a tout de même lancé sa propre étude, très qualitative, portant sur un peu plus de 100 cas d’usages très variés, dans des typologies d’entreprises également très variées.

Et les résultats sont très parlant !

Le ROP qui en ressort est de 2.19, soit, à quelque peu de chose près, identique à celui de l’étude menée en 2011 par l’AISS. Très intéressant de voir qu’en 5 ans de temps, la variation est quasiment nulle.

L’autre information observée par l’OPPBTP, c’est que la majeure partie des investissements en prévention des risques coûtent moins de 5000 euros, et avec un rendement au moins 10 fois supérieures à la moyenne ! Cette observation confirme qu’investir dans la prévention, c’est rentable !

Parmi les autres résultats, la taille de l’entreprise entre en ligne de compte. En effet, les TPE obtiennent un meilleur rendement moyen, qui s’élève à 3,11. Cette augmentation s’explique de façon simple, car les conséquences des actions de prévention sont plus directes dans une structure modeste.

Le détail de l’ensemble des cas d’usages est compilé dans un document fourni par l’OPPBTP. Il peut être télécharger gratuitement au format numérique ou commandé au format papier.

➡️ Consulter les résultats de l’étude de l’OPPBTP au format PDF

# Qu’en est-il de l’innovation et des nouvelles technologies dans tout ça ?

Les résultats les plus récents des précédentes études datant de 2016, l’impact des nouvelles technologies et de toutes les solutions alternatives, au service de la prévention, n’ont très certainement pas été pris en compte.

En revanche, tous s’accordent à dire qu’il vaut mieux prévenir que guérir. Cela ne signifie pas que l’aspect financier ne doit pas entrer dans la réflexion, mais plutôt qu’il faut avoir en tête que les bénéfices ne sont pas immédiats, d’autant plus si la taille de l’entreprise est conséquente.

Quelques exemples de nouvelles technologies au service de la prévention :

  • Jeux et application mobiles : l’objectif principal de ces applications est de gamifier la prévention pour la rendre plus accessible et ainsi fédérer l’ensemble de vos collaborateurs. Un investissement à la fois sur l’aspect formation et culture d’entreprise.
  • Réduction des TMS : Pour les lecteurs de nos newsletters, nous avons plusieurs fois évoqué des sociétés qui proposent des solutions innovantes pour réduire les risques de TMS. Basées sur des systèmes de caméras, elles estiment la posture de vos collaborateurs sur leurs postes de travail et vous proposent des axes d’améliorations. Un investissement préventif sur votre capital Humain, une nouvelle fois.
  • Réduction des presqu’accidents et facilitation du pilotage : Pour rester dans les caméras au service de la prévention, il est possible d’utiliser l’information captée par un système de vidéo-surveillance et d’obtenir des notifications en temps réel, dès l’apparition d’une situation à risque. Puisqu’aujourd’hui, la collecte d’informations terrain est très importante, cela vous permettrait de quantifier et de comprendre les presqu’accidents, afin de prévenir leurs apparitions et de faciliter votre pilotage. De plus, vos collaborateurs, étant notifiés, ils deviennent acteurs de leur propre sécurité, mais aussi de celle de leurs collègues. Fédérer pour mieux régner !

# La durée de ce retour sur prévention

La dernière donnée que nous n’avons pas évoquée, c’est une notion de temps.

« C’est bien de dire qu’1 euro investi en prévention, me donne un retour potentiel de 2,20 €, mais en combien de temps ? 1 an ? 10 ans ? Plus ? »

Eh bien, l’étude de l’OPPBTP aborde la question. Et la réponse est courte, comme la durée d’amortissement !

Selon le rapport publié par le secteur du BTP, la durée d’amortissement est de 1,5 an en moyenne et peut être réduite à 1,2 an pour les TPE. Très court en soit, quand l’on sait que les durées d’amortissement sur une machine de production sont beaucoup plus importants !

Encore une fois, cela ne prend pas en compte l’impact des nouvelles technologies.

Un investissement sur du matériel physique peut certes se rentabiliser rapidement, mais son utilisation s’effectue dans un cadre défini. Il en est de même pour les formations. Il est très rare d’opter pour une formation sur une multitude de sujets, car son contenu n’est souvent pas adapté au poste.

En revanche, les nouvelles technologies peuvent s’adapter très facilement. Il faut comprendre par-là, qu’un logiciel pourra vous aider à mesurer le port des équipements de protection (via un réseau de caméras par exemple) ; vous fournir des éléments de pilotage ; vous permettre de faire des quarts d’heure sécurité plus succincts ; ou encore d’utiliser les différentes informations pour adapter vos documents internes (tel que votre document unique ou vos plans de prévention).

En conclusion : l’investissement initial peut être plus élevé, mais l’amortissement est d’autant réduit que les fonctionnalités proposées sont importantes et peuvent être mises à jour de façon constante, sans nouvel investissement de votre part (vive le logiciel et vive la nouvelle technologie au service de la prévention)

Si vous souhaitez obtenir plus d’informations sur les possibilités d’innovation dans la prévention, avec les nouvelles technologies, nous serons ravi d’échanger sur vos projets

Pour récapituler l’ensemble des informations importantes présentes dans cet article, et vous permettant de juger par vous-même, le potentiel de vos investissements en prévention des risques :

Retour sur prévention2,2 (1 euro investit = 2,2 euros de retour potentiel)
Coût des actions de préventionA partir de 5000€ pour un rendement x10
Durée d’amortissement1 an et demi en moyenne

Abonnez-vous à la Préventive

Une newsletter dédiée prévention des risques et innovation

Inscription validée

Vérifiez vos e-mails pour confirmer votre inscription à La Préventive et être certain de recevoir la prochaine édition !